Patacycliste

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, juillet 11 2019

11 juillet soir à Reykjavik

Ça y est ! Je suis au bout de ma route Islandaise. Il reste quelques difficultés à affronter, mais ce n'est pas du vélo. Depuis le dernier article, 3 etapes. Chacune spéciale à sa manière. Une première longue avec d'abord un peu de montagnes russes. Et une belle montée, raide d'abord et ensuite un plateau montant sans fin. Chance, le ciel est toujours couvert mais le plafond élevé et la hauteur m'offrent des vues immenses. Le fjord d'où je viens tout au fond. Un nouveau glacier, avec un petit frère à côté de lui. Ensuite il me reste à rejoindre, assez loin quand même un camping dans un coin perdu. Belle journée. Et arrive la dernière. Sans histoire jusqu'à Akranes où j'ai prévu de prendre un ferry pour rejoindre Reykjavik et éviter un long cheminement peu intéressant. Surprise, le service n'existe plus et je passe le reste de l'après-midi à trouver quel est le service bus alternatif. Pas simple, plutôt flou même. Je tourne dans la ville et glané ce que je peux d'info. Tôt le matin, j'en suis encore à chercher le bon endroit. J'ai même prévu un plan B pour rejoindre Reykjavik en deux étapes vélo. Finalement tout s'arrange et me voilà à Reykjavik. J'ai trouvé un gîte. Le carton est bien là qui attend le vélo. Et je me prépare un programme bulle tourisme de trois jours. FIN DU VOYAGE

mardi, juillet 9 2019

Mardi 9 avant le départ depuis Saeberg

Cela doit être mon 25eme jour sans nuit. Assez curieux, ni lever ni coucher de soleil. De toute façon le soleil est rarement là. En principe j'ai une assez grande étape avec un dernier col. Pas très haut, on est en Islande, mais je vois au loin qu'il est dans la crasse. Ici il ne fait pas froid et pour l'instant il n'y a pas de vent. Bonne journée

lundi, juillet 8 2019

Quelques photos dans un coin perdu

Coin perdu, Modradalur 8 kilomètres de chemin à l'écart de la route. Il faudra faire dans l'autre sens demain matin

La montagne repère que je vais voir toute la journée

Bienvenu en enfer…. gelé

Je tente de m'imaginer au milieu du fleuve de lave

Atterrissage

Il reste environ 250 à 300 kilomètres. J'ai renoncé à faire le tour par Olafsvik (extrême ouest), beaucoup de kilomètres dont bune grande partie sur chemins. Aujourd'hui je ne pourrai pas échapper à la "1" et pas mal de circulation. Demain par contre je pourrai aller à Budardalur (au moins 20 kilomètres de chemins) Ensuite Bifrost si j'y trouve gite ou camping, sinon plus loin. Enfin ce qui pourrait être ma dernière étape: Akranes en face de Reykjavik. A Akranes, 3 options: -soit un tunnel de 10 kilomètres qui passe sous le fjord... mais interdit aux vélos -soit le tour du fjord, environ 70 kilomètres en plus -soit prendre un ferry qui met environ 25' pour traverser le fjord et rejoindre le port au centre de Reykjavik C'est cette dernière option qui tient la corde.

Ceci dit il y a de toute façon au moins 2 étapes pas faciles et une fois encore le temps est froid et humide.

Bonne journée

dimanche, juillet 7 2019

Blonduos 7 Juillet

Quelques étapes depuis Akureyri. Une 1ere que j'espérais facile après Akureyri. Crachin glacial et vent soutenu contre dès le début. Je donne des coups de tète dans le plafond. Rien à voir. Après 50km je jette l'éponge et chance je trouve un gite super sympa à Dalvik. Après ma nuit de réconfort je m'élance. De nouveau pas très beau et du vent. Un 1er tunnel, original, 3,5km mais .... une seule voie. Tous les 200/300m il y a un refuge de croisement. Cerise, il y fait froid. Je traverse un joli port niché au fond du fjord -Olafsfjordr- et le 2eme tunnel. En fait 2 qui se succèdent, 7km puis 4km. Double voie cette fois. Cela ne change pas l'ambiance de bruit et de froid. Sorti du tunnel j'arrive enfin à Siglufjordur, lieu des exploits policiers dont je me régale. En fait beaucoup moins chouette que le port précédent. Le village est complètement enclavé et avnt les tunnels les seuls accès étaient par la mer ou un chemin de montagne escarpé. Un peu plus dernier tunnel, 1km et ... monovoie. Je connais la sanction. J'aurais passé le quart de l'étape dans le noir. Compensation puisque depuis que je suis en Islande je n'ai pas de nuit. Sorti du tunnel, changement de direction, le temps s'est embelli et le vent me pousse enfin.Mais il y a encore 60km à faire le long d'un nouveau fjord avec une successio de montagnes russes. Magnifiques paysages et j'arrive enfin à Hofsos un peu cuit. J'y retrouve mon copain Baptiste mon copain Breton. 3eme rencontre! Pas de pot, un bon coup de froid nous tombe dessus et c'est avec une couche 1, le maillot rembourré cyclo et la doudoune que je me mets dans la tente et sous la couette. Au matin, superbeau. De l'autre côté du fjord je vois Saudarkrokur qui sera mon étape e soir. Le beau temps, bien que frisquet, tiens jusqu'au soir. Tente, pique nique et dodo. Dimanche, village mort. Personne pour encourager le valeureux cycliste qui part à l'assaut des nuages et de 2 cols à venir. Ils ne sont pas très haut mais très vite dans la grisaille et bientôt le crachin. Grands espaces qui auraient mérité un peu de soleil. Une autre fois? J'arrive une nouvelle fois gelé. mais il y a un toit. Demain sera un autre jour. Il me reste à composer 7 étapes et 280km pour arriver à Reykjavik.

Désolé pour les photos, il n'y en aura pas cette fois.

mercredi, juillet 3 2019

Akureyi

Après 2 jours d'enfer, je me suis trouvé à poser ma tente à Reykjalid

Coin de rève et il n'y a même pas de moustique. Au loin et partout des montagnes enneigées. Je retrouve même un copain cyclo vu il y a 10 jours.

Bouffe nulle à part les calories. Il faut dire que je n'avais pas grand chose à cuisiner.

Au matin, presque grand beau et pas de vent. Comme je prévoie une étape pas trop longue, je traine un peu. Et décolle quand même. Champs de laves sans fin, vagues bosses qui remettent les paysages en vues. Les moustiques sont revenus et m'encourages vivement chaque fois que je ralenti un peu. Les photos ou les montées par exemple

A Laugar, après un bon coup de snack, je repars bravement. En principe il y a des campings à venir.

En fait un beau col et je ne trouve aucun camping. Pas trop loin-30 kilomètres quand même- de Akureyi, toujours pas de camping mais un tunnel qui raccourci beaucoup…. mais interdit aux vélos!!! Soit un col et 15 kilomètres de rab.

Reste à me taper ce nouveau beau col, plonger vers le fjord puis les 20 kilomètres pour Akureyi. Le temps est redevenu froid. J'espère arriver avant la pluie.

Etape pénarde? En fait la plus grosse depuis le début. En kilomètres et en dénivelé.

Mais plaisir cycliste tout le long.

Ce soir hôtel et grosse bouffe avec un vrai cuisinier.

lundi, juillet 1 2019

Lundi 1er juillet Modrudalu

Pas mollir. J'espère une étape un peu longue malgré les cols devant moi. Il fait vraiment froid et le vent est bien là et contre moi. J'ai une belle montée devant moi dès le départ

En fait la montée est bien plus sympa que ce qui m'attend. Là haut c'est de très vastes espaces complètement ouverts au vent.

dur et gelé pour ce qui me concerne!

Je sens bien qu'il faut arracher chaque kilomètre

Après des heures, petite descente et 2eme col, qui n'en fini pas. En fait plusieurs kilomètres que je croyais en montée n'étaient que du vent contre. arrivé à ce que j'espère en haut, rebelote pour un plateau et des kilomètres de nature morte. Les (petits) grains se succèdent. cela ne mouille pas, c'est du grésil qui arrive très fort contre moi. vivification de la peau. Cela me rappelle  mon passage dans le Montana et le Wyoming il y a quelques années.

Je crois que même les déserts du Nevada sont…. moins déserts.

J'arrive enfin à la bifurcation tant espérée et il me reste 8 kilomètres à faire sur une route gravier mais le vent dans le dos.

Ce sera mon p'ti dèj demain puisque de nouveau je vais devoir revenir sur mes pas.

Consolation, il y a une petite chambre qui m'attend. Ce soir ce ne sera pas la tente mais un lit et moi dans mon sac de couchage.

Dehors l'ambiance n'est pas vraiment fun. Encore du vent et très froid. Je pense à la Provence et à ma piscine.

Mon coin d'étape, vers l'infini

Dimanche 30: Skjoldolfsstadir

Départ petit matin sous un ciel gris et froid. Et régulièrement des grains de pluie

L'étape se fait en 3 parties

18km pour revenir sur mes pas jusqu'à Egilsstadir. Cette fois je n'ai plus le vent avec moi, un peu de pluie, froid et vallonné

Un peu de snack au chaud et c'est parti pour le col qui m'attend. Vent et froid encore, un peu de pluie et çà monte

En bas de desscente, bifurcation à 180 et il me reste à m'enfiler un fond de vallée… fort vent avec moi.

Encore et toujours super paysages. En particulier des cascades qui viennent de ??? Y a t'il un glacier là haut?

Et j'arrive dans mon coin perdu.

il reste une petite chambre…. ma tente attendra.

samedi, juin 29 2019

Du côté de Egilsstadir

En fait j'ai du aller à 19km plus loin pour trouver le gite visé! Heureusement avec un bon vent dans le dos pour cette partie. Et demain matin je commencerai par un retour sur mes pas avant de prendre l'itinéraire prévu.

Aujourd'hui temps très couvert et surtout frais. Le vent est de nouveau fort sur la plus grande partie du parcours. Pour le parcours je me trouve en terrain connu: un véritable col à passer et des vues de nouveau magnifiques. En particulier des cascades qui descendent…. en cascade!

Demain devrait être plus simple en dénivelé mais il devrait faire encore plus froid, et le vent devrait de nouveau être contre!

vendredi, juin 28 2019

Quelques photos

Petit pb technique, je pense que j'ai trop compressé certaines de mes photos...
Un peu de champs de lave, difficile d'y marcher
Un fjord:
vue d'ensemble, sans fond
Aperçu de ces montagnes russes, en permanence et de chaque côté
Le bout( du fjord, en face, à 5 km, le village que j'ai quitté il y a 4 heures

- page 1 de 11