Patacycliste

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, juin 11 2018

Final

J'en étais resté à la Hollande.
Depuis pas mal d'eau a coulé, non plus sur moi, mais sous les ponts du Rhin puis de la Moselle. A Zwolle je me décide à prendre un train pour éviter d'avoir à traverser Amsterdam puis Rotterdam. Très grandes villes pour moi, en outre je n'ai aucun plan ou carte convenable. Je vise une ville -et sa gare- sur le Rhin, un peu à l'amont de Rotterdam. Ce sera Geldermalsen. Et c'est reparti. J'ai tout ce qu'il faut en carte, je sais exactement où je suis... et je me paume, repaume et rerepaume entre le Rhin pas encore là, ses affluents, les canaux. C'est mon téléphone et son accès Google qui m'aide le mieux. J'arrive quand même à Arnhem et un gite sur une péniche. Cette fois je suis sur le Rhin et je m'offre une délicieuse soirée compensatrice dans les rues de Arnhem. Lendemain, départ vers Duisburg et la vallée (?) de la Rhur. Je m'exerce aux traversées de ville. Peu dire que le cheminement est difficile et de nouveau je me perds et repère. Enfin Duisburg. Aucune indication pour un gite. Il y avait bien immense camping mais cela ressemblait trop à ce que j'avais vu du côté du lac Balaton. Bien puni, puisque je mets plus d'une heure à trouver quelque chose à Duisburg. Heureusement, une "Gasthof" tout à fait chaleureuse. Quand même bien refroidi pour la suite et ce qui m'attend. La sortie de Duisburg qui sera une galère. Et la suite devrait être Dusseldorf puis Cologne. 150 à 250kmà faire là dedans!
 
 
 
Villes encore plus importantes. En outre la perspective météo n'est pas bonne. Donc, je revois la copie. Je vais jusqu'à Dusseldorf, Trouve la gare (pas simple) et prends un train jusqu'à Cologne puis Trèves. A Trèves, il me reste à rejoindre Thionville où j'ai loué une voiture pour une visite familiale en Lorraine puis mon retour en Provence en passant par le Jura. En ayant soupé des galères, je ne me voyais pas affronter les problèmes SNCF: transport de mon vélo, grèves encore et encore.
Quelques souvenirs:
Les trains accueillants, en tout cas plus que l'infinie zone de la Rhur
 
 
 
 
Le mur, il n'y a vraiment pas longtemps que ces horreurs ont eues lieu. Il ne faudrait pas l'oublier. On y voit aussi la liste de celles et ceux qui ont été tués en tentant de fuir.
 
 
 
Le gite hotel sur une péniche à Arnheim, première rencontre avec le Rhin! (Le Gaudi!)
 
 
Sans oublier un tout petit brin de Pologne:
 

samedi, juin 2 2018

Quelque part en Hollande

Je continue ma virée en direction de Amsterdam Rotterdam. J'ai passé sans aucun souci Hambourg. J'ai su par la suite que c'était une ville reconnue pour le vélo. Direction Cuxhaven, embouchure de l'Elbe. 100/100% cyclable. Puis vers Bremerhaven sur une nouvelle rivière, la Weser. Dans Bremerhaven, comme je levai la tète pour chercher mon chemin, un cycliste c'est arrêté, m'a suggéré de traverser la Weser et de là partir vers le Sud. Pour plus de sécurité, il m'a même accompagné jusqu'au ferry. Pappenbourg et autres. C'est vraiment le plat pays et les moulins ont été remplacés par des multitudes d'éoliennes. Le réseau routier est pratiquement toujours doublé d'une sorte de voie verte piéton vélo. Toutes les villes se traversent sur trottoir rendu cyclable. Et il y a toujours beaucoup de cyclistes de tous ages.

Enfin hier, avec un mot sur le titre. Après avoir passé Emmen (250km d'Amsterdam) je me suis ramassé un super orage. A un endroit difficile d'itinéraire. Pour éviter les autoroutes, l'itinéraire passe dans les campagnes. Pas facile à trouver. Avec la pression d'un gros orage en formation. Une cycliste "navetteuse" -elle m'a expliqué faire chaque jour deux fois 25km pour aller venir vers son boulot- m'a sorti du pétrin et nous avons fait un bout de chemin ensemble. 15 km? Le long d'un canal et sous le déluge. Après m'avoir mis sur le bon chemin elle est partie vers chez elle et moi j'ai trouvé une auberge de campagne miraculeusement sur mon chemin. Ruisselant et une partie de mes bagages inondés. Voilà pourquoi je ne connais pas le nom de ce coin, plus ou moins mi chemin entre Emmen et Hoogeveen. Rétrospectivement je me réjouis de mon "rétropédalage". Même situation au delà du cercle et devoir se démerder à camper! Ce matin le temps est plus que gris et la flotte pas loin. Je vais mettre du chaud et garder le plastique bien accessible!

dimanche, mai 27 2018

Quelque part le long de l'Elbe

Depuis Wustermark j'ai bien repris la ballade. Beaucoup plus relax. Je suis dans des conditions bien plus cool. J'ai bien des points "clés" mais ils ne sont pas associés à des dates précises. En gros au départ le matin, je ne sais pas où je serai le soir. Après une étape Wustermark Wittenberge où j'ai trouvé une gasthof sympa, je suis reparti ce matin le long de l'Elbe. 90 km sur des digues avec quai jamais de cohabitation avec des motorisés. Comme il se doit je me suis bien sur paumé au départ. Pas difficile de savoir où est la rivière. Mais y arriver est une autre affaire. J'aurais du me rappeler ou deviner qu'une route vers "spitze" quelque chose ne pouvait être qu'une impasse! Mais une fois sur les berges, que du bonheur. Arrivé à Hitzacker, j'ai le choix pour soit une gasthof- il y a une "romantiche" qui devrait convenir. Soit continuer vers des campings un peu plus loin. Comme je crains le manque de romantisme et le trop d'affection des moustiques, le choix est vite fait. A venir, en principe deux jours de temps convenable, et bascule de temps.

Bonne soirée. Pour moi c'est repas en terrasse face à l'Elbe

samedi, mai 26 2018

Rétropédalge

Un peu de Pologne pour prendre l'ambiance. Celle du pays, celle du bonhomme. Mais surtout la mise en jambe est particulièrement difficile. Finalement cette 2eme journée va finir de m'ouvrir les yeux. Trop difficile. Pour l'instant les conditions sont relativement faciles et j'ai déjà du mal. J'essaie de m'imaginer dans les étapes dans le grand nord. En particulier dans la perspective de conditions dures. Et je ... manque d'imagination. Ou j'en ai trop. Donc après encore quelques heures, je reviens sur mes pas (si on peut dire), retour à Szczecin. Train vers Berlin. Je vais donc complètement revoir mon projet. Quelque chose comme Berlin, Rotterdam. Puis le long du Rhin jusqu'à Coblence. Les rives de la Moselle et un petit pèlerinage familial. etc. Tout reste à préciser. Mon premier problème étant de reconstruire un itinéraire et je manque cruellement d'outils. Rien que pour trouver des cartes, je traverse et retraverse Berlin. Ceci dit il fait beau, si je trouve un bureau de poste je vais renvoyer une partie de mes affaires, et roule. Hier soir à Wustermark et j'espère ce soir à Wittenberge et la Hollande un peu plus loin. Il fait beau et je n'ai plus le poids des rendez vous lointains. D'autres nouvelles suivront. JP Patacycliste rétropédaleur.

jeudi, mai 24 2018

Szczecin ou Stettin

Me voila en Pologne après une 1ere journée. Comme d'hab c'est un début difficile. Paumé dès le départ. Au bout d'une heure je me retrouve quasi au départ!! Ensuite çà roule souvent sur de belles pistes cyclables. Le vent n'est pas sympa, et après m'être de nouveau paumé à Schwed en cherchant du ravito (que je ne trouve pas) je crève. Le moral commence lui aussi à se dégonfler. J'arrive enfin à Szczecin grâce à la navigation GPS. GPS que j'arrive enfin à (un peu) utiliser. Dans quelques minutes départ pour d'abord trouver un p'tit dèj, et ensuite en route vers Drawsko Pomorski.

dimanche, mai 20 2018

Demain

J'ai eu le bon nez. Il se confirme que Mardi, jour que j'avais prévu pour mon départ vers Berlin sera une journée noire pour les transports aériens! Donc départ a l'aube avec Vincente qui m'a propose de m'accompagner. Et ensuite le tintouin habituel. Embarquement. Recuperation des bagages avec l'angoisse d'un peu de casse. Et so on. Mardi, visite de Berlin et Mercredi, nach Poland. A suivre

mardi, mai 15 2018

J - 6

Dans moins d'une semaine. Comme chaque fois, la bourre. Et surtout un (gros) poil de stress. Une longue pratique me rappelle que c'est l'habitude. Une fois en route, on passe à autre chose. L'itinéraire est presque fait. Pour le Nord cela risque d'être coton. Il n'y a vraiment pas grand chose. Je vais devoir voyager avec pas mal de ressources. Il me reste encore à soigner mon bagage. Je me prépare aussi une bonne pharmacie. Les petits tests m'ont montré que les parties sensibles étaient devenus ...encore plus sensibles.

Dernier problème: la compagnie Lufthansa n'accepte plus d'acheminer les vélos simplement. Il faut que je revois ma stratégie. En particulier je vais devoir démonter, protéger et emballer ma machine. Je vais aussi devoir trainer la sacoche.

Petite pensée particulière pour mon copain Jean qui est sur le départ. Frisquet, mouillé? Ici il fait 15 dehors et bien nuageux. A Tromsoe (nord Norvège) il y fait soleil et 18! Chercher l'erreur.

samedi, mai 5 2018

Dans deux semaines

Quelques jours avant le départ. Comme chaque fois, c'est une mauvaise période à tourner en rond avec tous les préparatifs, matériel et bonhomme. Comme chaque fois aussi je me dis que ç'est limite.

Quelques étapes un peu longues. Je me suis coincé avec les réservations d' hôtel. A partir de Lahti en Finlande ce devrait être plus souple. A partir de là j'aurai aussi plusieurs possibilités. Même l'embarras du choix. Avec plusieurs possibilités de repli.

En perspective aussi probablement de la pluie, du vent et très sûrement pas chaud. Dans les aspects particuliers, je vais avoir trois semaines sans nuit. Ceci dit, même en plein soleil, on ne bronze pas dans ces coins là. Petit jeu: vous regardez vers le soleil, pendant trois semaines il restera au dessus de vous ! Autre truc que j'espère toujours aussi rigolo à faire en vélo: le tunnel, véritable col à "l'envers". Si j'arrive dans le coin ce seront mes cinquième et sixième passages.

jeudi, avril 12 2018

Dans 40 jours... le temps d'un déluge

Le départ se rapproche. Les billets sont pris depuis longtemps. Avec cependant les incertitudes dues aux grèves diverses et variées, soit en cours, soit en perspective. Par exemple celle du 22 Mai, jour justement de mon départ de Nice et début de mon plan de réservations...

Je suis en train de préciser mes étapes. Jusqu'à Talinn en Estonie, j'envisage presque chaque fois des arrêts en gite ou en hôtel. Ensuite, en Finlande et en Norvège ce sera presque toujours du camping. Heureux pays vastes et dès que l'on avance un peu vers le Nord pas mal déserts.
Ci dessous l'itinéraire général. 4500 kilomètres environ. L'ordi m'annonce 63h en voiture. Pour moi je prévoie 50 étapes avec mon vélo et tout le barda.



Je ne résiste pas à un peu de détails qui montrent l'évidente différence:
l'Europe centrale (Allemagne, Pologne. Dense, très peuplée, beaucoup de routes et de points d'étapes possibles
l'Europe du Nord, à peu près vide. Il faudra bien remplir les sacoches et probablement me préparer à des épisodes pas du tout Méditerranéens!
























lundi, février 19 2018

Cela se rapproche

Les dates restent les mêmes. Départ dans moins de 100jours. L'itinéraire est un peu modifié, il n'y aura pas de Russie, sauf par dessus les clôtures frontalières.

Comme nous avons prévu aussi cette année de faire un bon bout de Transsibérien, c'était trop compliqué et risqué de faire une procédure visa à 2 entrées différentes. Nous étions face à une pile administrative complexe et plusieurs envois de passeport de ci de là.

- page 1 de 7